mercredi 14 mai 2014

Précision sur l'importance du vocabulaire


Pourquoi est-il si important d’utiliser un vocabulaire précis ?


Si l’on prend le texte suivant :


« Sous ces sils longs et recourbés, le globe oculaire parfaitement lisse et limpide est incessamment balayé, rafraîchi et lavé par le battement de la paupière. La pupille palpite sous l’action variable de la lumière, mesurant exactement son diamètre à la luminosité ambiante, afin que la rétine soit toujours également impressionnée. Dans la masse transparente de l’iris est noyée une infime corolle de plumes et de verre, une rosace ténue infiniment précieuse et délicate (Michel Tournier) »



Pour bien faire comprendre ce qu’il en est, je vais reprendre chaque terme en rouge et souligné. Je vais le rapporter à une image précise.


 Globe oculaire






Paupière








Pupille et iris





Rétine








Si l’on prend, à part, chaque terme en rouge, souligné et en italique, on se rend qu’ils se rapportent à une réalité bien connue des ophtalmologistes, des scientifiques en particulier.


Pour comprendre l’idée générale d’un texte, le sujet dont il parle, il est donc important d’avoir la connaissance de chaque terme que l’on utilise et de la réalité à laquelle il se rapporte afin d’être juste dans le message que l’on veut communiquer.


En y réfléchissant bien, on se rend également compte qu’on ne peut pas remplacer un terme par un autre sans prendre le risque de compliquer la communication.


En d’autres termes, imaginons que vous êtes en train de décrire la rétine et que vous l’appelez paupière. Que va-t-il se passer dans l’esprit de votre interlocuteur ? Cela va semer la confusion. Votre interlocuteur, pour peu qu’il s’y connaisse, va se demander si vous parler de la paupière ou de la rétine. Comme il ne sait pas très bien de quoi vous parlez, il va hésiter. Lui va comprendre que vous parlez de la rétine alors que vous vouliez parler de la paupière. Le message que vous émettez ne sera pas reçu correctement. Car, vous ne parlez pas de la même réalité. Vos références à la réalité ne sont pas les mêmes. Cela crée une confusion, donc des difficultés de compréhension entre vous. Et, cela se termine en conflits parce qu’il y a une incompréhension du fait de la mauvaise interprétation du message.




                                    Attention à l’utilisation des synonymes




La langue française regorge de synonymes.

Un synonyme est un mot qui a, en apparence, le même sens qu’un autre. Il peut se rapporter à une réalité assez proche de celle qu’un autre mot décrit. Mais, il y a souvent des nuances.

Les synonymes peuvent avoir un sens assez proche et se rapporter à une réalité en apparence très proche. Mais, ils décrivent un autre aspect de cette même réalité pour la préciser.


Prenons l’exemple de la « vieillesse » :


-         Pour un être humain, on parle de « vieillesse »
Vieillesse :  dernière période de la vie qui succède à la maturité, caractérisée par un affaiblissement global des fonctions physiologiques et des facultés mentales, par la modification atrophique des tissus et des organes, selon le dictionnaire le Petit Robert.


-         Pour un bâtiment, on parle de « vétusté »
Vétusté : immeuble, bâtiment qui n’est plus en bon état, selon le dictionnaire le Petit Robert


-         Pour un équipement industriel, on parle d’ « obsolescence »
Obsolescence : fait d’être déprécié, périmé, pour des raisons indépendantes de son usure physique, mais liées au progrès technique, aux comportements, à la mode. Selon le Petit Robert


-         Pour une paire de chaussure, on parle d’ « usure »
Usure : état de ce qui est détérioré par l’usage prolongé, selon le Petit Robert


-         Pour une maison, on parle de « ruine »
Ruine :  grave dégradation d’un édifice pouvant aller jusqu’à un écroulement partiel ou total du au vieillissement des matériaux.


Chacun des mots cités ci-dessus se rapportent à la même idée : le vieillissement. Mais, ils décrivent des nuances de ce même vieillissement.

On constate que chacun d’eux se rapporte à une réalité différente.
On ne parle pas de ruine pour une paire de chaussure, ni de vétusté pour un être humain, pas davantage d’usure pour un bâtiment. Et, pourtant, ces cinq mots parlent de la même idée : le vieillissement.




Les dangers de l’imprécision du vocabulaire




L’imprécision dans le vocabulaire laisse à l’interlocuteur un sentiment d’incertitude, Celui qui transmet son message manque de netteté, de rigueur dans l’expression de sa pensée. Il utilise souvent un vocabulaire qui laisse une impression de vague, de doute, d’incertitude.

Quand on utilise un terme vague, on laisse à l’interlocuteur la possibilité de se rapprocher de réalités assez similaires mais qui peuvent avoir quelques différences tout de même, différences qui peuvent être source d’erreurs d’interprétation, d’incompréhension, de conflits.

Quand on fait appel à un terme vague, il risque d’y avoir confrontation de deux réalités différentes parce que l’émetteur du message veut faire appel à une réalité qui n’est pas la même que celle à laquelle l’interlocuteur qui reçoit le message fait lui-même appel. Donc le message est mal reçu, mal compris.

Pour éviter toute erreur d’interprétation du message, tout risque d’incompréhension, il est donc important d’être précis dans le choix du vocabulaire et de choisir le vocabulaire le plus précisément proche de la réalité que l’on veut présenter à son interlocuteur.



  
Comment préciser son vocabulaire ?




On ne le dira jamais assez. Il y a

-         les lectures. Choisir des lectures multiples avec de bons auteurs. Dans les lectures, on peut retrouver le même mot mais sous des angles différents, avec des définitions et des contextes différents. Ce qui permet d’avoir une vision multiple d’un même terme.

-         Les dictionnaires, et notamment le dictionnaire des synonymes dont il faut faire bon usage fréquent.


-         Particulariser les termes généraux. Chaque fois que l’on a envie d’utiliser un terme général, pour semble-t-il se faciliter la vie, il est préférable de recourir à des termes précis. Ainsi, on évite les conflits dus à des incompréhensions, des erreurs d’interprétation. On gagne du temps et de l’énergie.

-         Animer les termes neutres. Les termes neutres sont des termes qui laissent un sentiment de froideur, d’indifférence, de détachement. Ce sont des termes qui ne décrivent pas vraiment la réalité dont on veut parler




Avoir un vocabulaire varié



Avoir un vocabulaire varié, c’est avoir un vocabulaire suffisamment important pour être capable d’exprimer les différentes nuances que peut prendre une même réalité. C’est avoir un vocabulaire suffisamment riche pour exprimer avec netteté les différents aspects d’une même réalité.

C’est avoir un vocabulaire qui garde une unité de signification de base, c’est-à-dire une idée plus ou commune et proche, mais qui apporte des éléments de compréhension précisant le contexte de la réalité que l’on évoque.




3 commentaires:

  1. Effectivement, c'est juste. Même si brouiller les repères et jongler entre les doubles sens et champs lexicaux correspondants peut être enrichissant pour un auteur. :) Maintenant, pour un enfant, il me semble primordial de bien choisir les textes et de veiller à ce qu'il soit compris ! En effet j'ai pu remarquer que certains enfants taxés d'incompréhension étaient tout simplement des enfants à qui on n'avait pas expliqué le vocabulaire !

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, c'est juste. Même si brouiller les repères et jongler entre les doubles sens et champs lexicaux correspondants peut être enrichissant pour un auteur. :) Maintenant, pour un enfant, il me semble primordial de bien choisir les textes et de veiller à ce qu'il soit compris ! En effet j'ai pu remarquer que certains enfants taxés d'incompréhension étaient tout simplement des enfants à qui on n'avait pas expliqué le vocabulaire !

    RépondreSupprimer
  3. J'ai remarqué, pour en avoir deux à la maison, que, contrairement à beaucoup d'adultes, ils allaient devenir des enfants extrêmement exigent dans la précision du vocabulaire

    D'autre part, pour certains corps de métier, la précision du vocabulaire conditionne l'exercice de la profession et le succès dans ce qui est entrepris.

    Et, si l'on n'habitue pas les enfants, dès maintenant, à vivre avec la précision du vocabulaire, il risque d'y avoir beaucoup de problèmes de communication.

    L'école a négligé depuis des décennies la précision du vocabulaire alors que dans les années 30-40, cela était en place. Ce qui a conduit à de nombreuses difficultés dans la maîtrise de la langue française, que ce soit en conjugaison, en orthographe, en grammaire, ou même en rédaction.

    L'apprentissage de la précision du vocabulaire s'apprend jeune pour éviter toute confusion et permet une meilleure maîtrise de la lecture.


    Je ne vais pas appeler un chat un oiseau si c'est un chat.
    Et, dans l'état actuel des choses, c'est la confusion que l'on sème dans l'esprit d'un enfant.

    Donc, un petit retour en arrière au début des années 1900, bien que je puisse paraître ringarde, me semble indispensable pour éviter les conflits communicationnels et les manipulations médiatiques que l'on connaît actuellement

    D'autre part, les enfants actuels ne sont pas les andouilles que l'on croit.
    Ils ont une conscience de bien plus de choses que l'on peut imaginer
    Ils sont parfois beaucoup plus lucides que les adultes actuels
    Ils ont une vision des choses très différente de celles des adultes.
    Faute d'un vocabulaire suffisamment aiguisé, ils ne peuvent associer leurs ressentis à des mots de vocabulaire...

    Donc, la précision du vocabulaire reste indispensable et ce dès le plus jeune âge.
    Evidemment, je ne ferai pas lire du rousseau à un enfant de 7 ans.

    Mais, attention à ne pas porter de jugement hâtif sur leur mode de perception et la compréhension qu'ils ont des choses.

    RépondreSupprimer