vendredi 13 décembre 2013

La routine

La routine, j'en entends parler tous les jours....
Je vois tous les jours les gens que je cotoie s'installer dans la routine.
Mais qu'est-ce donc que la routine ?

La routine est un ensemble d'habitudes à agir et à penser, de préjugés, toujours de la même manière, avec quelque chose de mécanique et d'irréfléchi.
Partant de ce principe, la routine est un obstacle à la création, à la créativité et au progrès.

La plupart des gens exercent de manière superficielle leur travail.
Ils sont prisonniers d'un sentiment d'insatisfaction,
Ils ont l'impression que leur travail consiste à faire toujours la même chose, à accomplir les mêmes taches tout au long de leur vie professionnelle.

Pourquoi ?

A cela plusieurs raisons.

La première est que, quand on prend en grippe son travail, le poste qu'on occupe avant même d'avoir cherché à creuser davantage l'intérêt que l'on peut y trouver, on n'a pas envie de creuser. On n'a pas envie de chercher où peuvent être les intérêts qui puissent apporter à la satisfaction. On se contente de poser un regard contestataire dessus en cherchant tous les travers, tous les inconvénients que peut avoir le poste qu'on occupe. 

La seconde raison est que nous nous contentons de faire ce qui ne demande pas d'efforts. Quand il y a routine, c'est toujours la même chose. On n'a pas besoin d'apprendre plus. On n'a pas besoin de se poser des questions. On n'a pas besoin d'aller chercher de nouvelles connaissances. On ressemble à un automate, un robot...... TOut est mécanique et irréfléchi.... On fait.... C'est devenu automatique. On connaît. On n'a pas peur de l'incertitude. On n'a pas peur de l'inconnu.

La troisième raison est que l'on applique ce qui nous est dit. On se sent capable de faire la même chose. C'est devenu une habitude.... Chaque jour est pareil qu'hier.

La quatrième raison est qu'on n'a pas à lutter contre sa paresse. on a el sentiment que l'effort tue, que l'effort fatigue, que l'effort demande une telle énergie qu'on ne parviendra pas à le soutenir. On aprt du principe qu'on n'a pas de potentiel. On ne croit pas en soi. On n'a pas confiance en soi. Il est plus sûr de rester dans ce que l'on sait déjà faire plutôt que de s'encourager à relever des défis qui nous imposent de tendre vers quelque de nouveau, quelque d'inconnu, quelque chose dont on n'est pas sûr que l'on puisse réussir à obtenir un résultat satisfaisant parce qu'on a peur de l'échec, peur de l'erreur, peur de se planter.

E,t il existe des tas d'autres raisons. Car chaque raison est propre à un individu. Je vous laisse le plaisir d'approfondir vous-même les raisons qui vous poussent à cette routine.

Mais, cette routine vous mène aussi, comme je l'ai vécu, tout droit vers une sorte de découragement, de désintérêt, de dépression, de solitude, de burn out dans les cas les plus graves. Parce que al routine tue.
Et, l'être humain n'est pas fait pour s'enfermer dans la routine.

Quand la routine s'installe,c 'est le moral qui en prend un coup.
Certains émtiers n'offrent aps de perspectives excitantes parce que les perspectives d'évolution y sont moindres.
Quand un individu sent son horizon se rétrécir, ses perspectives d'évolution s'atténuer voire disparaître, il est temps qu'il se questionne sur ce qu'il compte faire de son avenir, comment il envisage la suite de sa vie professionnelle s'il ne veut pas plonger dans la dépression.
S'il sent la routine s'installer, c'est qu'il a fait le tour de la question.
Cela ne lui apporte plus rien.
Il a appris ce qu'il avait à y apprendre, vécu ce qu'il avait y vivre.
Est venu le moment qu'il prenne son courage à deux mains pour passer à autre, s'ouvrir à de nouveaux horizons, qu'il tende vers quelque chose de plus élevé, évolué.
Il est peut-être temps aussi qu'il s'attarde sur ses véritables aspirations et qu'il se questionne sur la manière de les concrétiser afin qu'il retrouve un certain épanouissement.

Il est temps que sa vie professionnelle devienne plus créative pour lui ainsi ce qu'il apportera aux autres les aidera davantage.
Quand on s'enferme dans la routine, on délaisse, à cause du désintérêt, son travail. On se contente d'apporter le minimum à l'autre. Voire, on ne lui apporte plus rien. Il repart avec le sentiment de n'avoir rien obtenu, de n'avoir rien appris de plus, de repartir avec ses questions sans réponses. Il a le sentiment qu'il a perdu son temps et qu'il aurait pu, grâce à l'outil internet, trouvé par lui-même l'information qu'on lui a donné. Il repart même avec le sentiment d'avoir "emmerdé", et le mot est parfois juste, celui à qui il est venu demandé de l'aide.... 

Quand la créativité semble disparaître et laisser place à la routine, c'est que là où on en est a atteint ses limites.

Car la routine tue la créativité et crée l'ennui. Elle crée un dégoût pour le travail. Elle encourage les critiques, les jugements de valeurs, le mépris, les conflits intercollègues. Elle désharmonise les relations. Elle nuit à la fécondité du travail à faire. Et chacun n'y trouve plus son compte parce que le maillon faible est comme un grain de sable qui enraye l'engrenage et handicape tout le monde dans une équipe, voire même peut aller jusqu'à nuire à l'activité d'une entreprise et peut-être même pousser l'entreprise à la faillite et créer de nombreuses pertes d'emplois.

La routine amène à l'usage de psychotropes, d'anxiolytiques et toutes les camisoles chimiques qui tendent ou sont sensés tendre vers un mieux être, apaisées les souffrances psychologiques, les états dépressifs. Mais, en réalité, toutes ces camisoles chimiques ne résolvent pas le problème de fond. Ce sont des palliatifs. Mais, pas des solutions durables. Sauf pour ceux qui veulent s'éterniser dans la souffrance et rester dans un état psychologique déplorable. Sauf pour ceux qui n'ont nulle envie de se battre, de se remettre en question pour surmonter les obstacles qui se sont dressés devant eux, des obstacles qu'ils ont créés eux-mêmes parce qu'ils se sont eux-mêmes emprisonnés dans la routine, faute d'avoir pris le temps de réfléchir et de se remettre en question pour tendre vers quelque chose de mieux. Ils ont atteint un tel niveau d'épuisement psychologique et physique qu'ils en sont arrivés à s'en rendre malades..... Parce que la routine finit, à la longue, par rendre malade..


La routine est un facteur qu'il faut prendre sérieusement en compte si l'on ne veut pas plonger dans la maldie.
L'épanouissement ne se trouve pas dans la routine mais dans la créativité.....

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire