samedi 23 novembre 2013

Dictée

Un moulin à vent


Le moulin à vent tournait si vite et si bien, de jour, de nuit, par tous les temps, que le monde s'en émerveillait et que le meunier s'enrichissait. Il était haut sur une colline, solidement assis, bâti d'abord en maçonnerie d'où s'élevait une charpente. Oh ! la belle charpente, mes enfants : elle commençait par un pivot d'un seul morceau, d'où partaient plus de trente poutres courbées portant la cage, les ailes, le toit et le meunier, qu'on ne voyait pas. La moindre brise qui traversait le rencontrait. Il n'en fallait pour faire virer les ailes blanches, que ce qu'il en faut pour que les blés ondulent. Un orage le rendait fou. Pendant l'hiver, quand soufflait le vent du nord, le meunier serrait toute sa toile et ne laissait que le châssis en baguettes de châitaignier qui suffisait à tourner la meule, et joliment, je vous assure. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire