dimanche 1 novembre 2015

Rédaction, dissertation 5 - le choix des idées en fonction du point de vue choisi

Quand on fait une rédaction, une dissertation, on ne peut pas écrire tout ce qui nous passe par l'esprit. On ne peut retenir que ce qui est susceptible d'intéresser le lecteur et ne pas se perdre dans d'insignifiants détails.


Une fois que la moisson d'idées est faite, en fonction du sujet qui est proposé, il faut :

         - choisir les idées qui se rapportent au sujet, et en rapport avec le point de vue 
           choisi.
         - parmi toutes ces idées en rapport avec le sujet et le point de vue choisi, 
           choisir les meilleures idées
         - les mettre dans un certain ordre pour que chacune soit à sa place.


Dans le choix des idées, il faut choisir


         - celles qui seront utiles au lecteur et attirent son attention,
         - celles qui permettront au lecteur de se mettre à la place de celui qui
            écrit,
         - celles qui permettront de découvrir quelque chose qu'il ne connaît pas.
         - celles qui permettront au lecteur de se représenter, d'avoir une image
            précise dans l'esprit de ce que lui raconte celui qui écrit.
         - celles qui donnent au lecteur d'aller plus loin dans sa lecture.


En revanche, il n'est pas nécessaire de lui rappeler ce que tout le monde sait. Si toutefois cela est nécessaire, il faut se contenter de le résumer en quelques mots et mettre ces mots en lien avec le reste.





Rédaction, dissertation 4 - Choisir un point de vue

Bonjour

Lors de notre recherche d'idées, beaucoup nous sont venues à l'esprit.

Plusieurs points de vue peuvent aussi nous venir à l'esprit.

Comme dans une dissertation, une rédaction, on ne peut pas tout dire, il va bien falloir choisir des idées.

Pour choisir parmi toutes les idées qui se présentent à nous, Il importe donc de choisir un point de vue parmi tous les points de vue qui peuvent se présenter sur le sujet.

Le choix du point de vue détermine le choix des arguments.
Le choix du point de vue détermine également le choix du plan.

Quand je choisis un point de vue, 

- je l'approuve,
- je nuance le jugement porté.

Rédaction, dissertation 3 - l'évocation des idées



Nous allons, ici, nous intéresser au squelette de la rédaction, c'est-à-dire son développement.

Pour faire un développement, il nous faut faire appel aux idées. Où trouver les idées ? Nous savons que nous pouvons les trouver dans les livres, les revues, les reportages, les encyclopédies, nos observations personnelles, etc. Les sources sont multiples.

Toutefois, lorsque nous nous trouvons devant un devoir sur table, il nous est très difficile de recourir à toutes ces formes de ressources. Nous sommes donc contraints de faire appel à notre fonds intérieur d'idées ou souvenirs, ou encore notre imagination.

Notre fonds intérieur d'idées est l'ensemble des connaissances que nous possédons en nous suite à toutes les recherches documentaires que nous avons faites, toutes les expériences que nous avons vécues, desquelles nous avons tirés des connaissances.

Les idées indispensables au développement de notre rédaction ne viennent pas toutes seules. Il nous faut aller les chercher, les faire venir. Pour les faire venir, il nous faut nous poser une multitude de questions en rapport avec le sujet proposé.





La dissertation 2 - Bien comprendre le sujet



Bien comprendre le sujet est le point de départ du travail et le fondement de tout le reste. C'est-à-dire que c'est la compréhension du sujet qui détermine la qualité du travail d'une part, et le succès d'autre part.
Si l'on ne comprend pas bien un sujet, on fait facilement un hors sujet. 


Comprendre le sujet, c'est dégager l'idée essentielle, centrale, autour de laquelle le développement doit se faire. C'est rechercher ce qui caractérise le sujet, ce qui doit lui donner sa physionomie et son allure.

On entend ici par sa physionomie ce qui fait son caractère particulier, propre à lui-même.

On entend ici par son allure l'apparence générale, c'est-à-dire la nature du sujet que c'est : sujet d'ordre général, sujet d'ordre littéraire, sujet économique, sujet à caractère social..... C'est aussi la direction qu'il donne à suivre, ce vers quoi l'élève ou l'étudiant doit mener sa réflexion, son argumentation.



 I°) - Définition


Une dissertation est un travail écrit qui a pour objectif de développer un point sur des sujets divers et variés selon la matière pour laquelle on doit le faire.

 

II°) - Discerner le type de sujet



La première étape est de discerner les différents types de sujet :

    - sujet d'ordre général. Ce sont des sujets qui ont rapport avec 
         des questions de morale, sociales, politiques, économiques, 
         historiques, ect.

     - sujet d'ordre littéraire. Ce sont des sujets en rapport avec
         l'histoire littéraire, la littérature. Cela peut concerner 
         une oeuvre, un écrivain déterminé, un époque littéraire 
         déterminée, un ensemble littéraire.

Reconnaître la nature du sujet, la matière à laquelle il appartient est très important. Car un même thème ne sera pas abordé de la même manière d'une matière à l'autre. Le regard que l'on posera ne sera pas le même. La définition des mots maîtres qu'il faudra utiliser ne sera pas la même.




 III°) - La compréhension du sujet



La deuxième étape est de bien comprendre le sujet qui est proposé.

Bien comprendre veut dire

- saisir par l'intelligence,

- percevoir le sens de ce qui est écrit,

- se faire une idée claire des causes, des motifs de l'enchaînement logique de quelque chose.

- se faire une idée juste de quelque chose,

- s'expliquer quelque chose, en découvrir le motif ou la raison.



Cette étape est très importante 


Elle exige d'être, d'abord, particulièrement attentif à la lecture que l'on fait du sujet.

Car il est possible de tomber :

- sur des sujets clairement exprimés,

- ou sur des sujets qui sont ingénieusement construits pour entraîner des confusions et voir l'aptitude de l'élève à s'adapter. Cela peut être des sujets qui peuvent
          
       - être concis, c'est-à-dire exprimés en peu de mots. Des sujets, exprimés en peu de mots peuvent employés des mots à la polysémies importante, c'est-à-dire des mots qui peuvent avoir plusieurs sens. Et, la façon dont est posé le sujet, on peut sentir qu'on ne sait pas trop quel sens du mot il faut employé.

       - avoir une allure paradoxale, c'est-à-dire avoir une apparence générale qui peut être à la fois vraie et fausse, heurter le bon sens, aller à l'encontre d'une opinion communément admise. Ces sujets peuvent amener à la confusion.



Bien comprendre un sujet dépend donc :

      - de la justesse d'esprit c'est-à-dire la capacité à apprécier 
        avec exactitude, avec la rigueur intellectuelle, le sujet 
        que l'on doit traiter

      - de l'habitude à la réflexion, c'est-à-dire la capacité à 
        examiner, le plus régulièrement possible, en profondeur,
        une idée, une situation, un problème.


Une bonne compréhension du sujet, de la subtilité du sujet amène à pouvoir dégager l'idée essentielle, l'idée principale que l'on développera à l'aide d'idées dites secondaires. Ces idées secondaires seront celles qui feront la thèse, l'antithèse.....
 

Là encore, cette étape exige

 
1. D'avoir une bonne maîtrise de la langue française et de ses spécificités. j'entends par là qu'il est très important d'avoir suffisamment de vocabulaire pour comprendre le sujet. La notion de polysémie tient toute sa place pour aider l'enfant à prendre conscience et à comprendre qu'un même mot peut avoir plusieurs sens. Et, si l'on se trompe de sens du mot, on peut aller jusqu'à faire un hors sujet total.Car, le sujet peut ne pas faire forcément appel au sens courant du mot.

 
2. De se construire une solide culture générale et s'intéresser à un maximum de sujets. En gros, il est vraiment souhaitable de lire un maximum de choses : magasines, journaux, livres, revues..... Se construire une excellente culture générale permet de comprendre qu'un même mot, employé dans des contextes, des cadres différents, peut ne pas avoir le même sens. Il peut également modifier la représentation courante que l'on se fait de ce mot.



 III° - Les difficultés liées à la compréhension d'un sujet.



 A°- La première difficulté est l'obscurité d'un mot.


J'entends par obscurité d'un mot le fait que ce mot est celui contre lequel on bute quand on lit un sujet. On ne voit pas quel sens l'auteur du sujet lui donne. Le sens employé n'est pas précisément mis en évidence. L'auteur du sujet laisse à l'élève la tâche de trouver le sens employé afin de voir si l'élève est capable de faire preuve de davantage de subtilité, mais aussi de mesurer la culture générale de l'élève et sa capacité à être précis, clair, dans ce qu'il dit, écrit et/ou pense..

Vous est-il arrivé de sentir comme un blocage sur un mot ?
Vous avez fait un point d'arrêt, comme un brusque coup de frein en voiture.
Un seul mot peut avoir installé le doute en vous dans la compréhension d'un sujet.

Vous est-il arrivé de vous dire ?

"Ah qu'entend-il par là ?"
"Quelle définition du mot l'auteur a-t-il choisi ?"
"Est-ce la définition la plus courante ou au contraire une des définitions que je n'ai jamais vraiment cherché à aller voir ?"
"Qu'est-ce que je n'ai pas compris ?"
ou encore "je ne comprends rien à ce qu'on me demande. Qu'est-ce qu'on attend de moi ? De quoi dois-je parler ?"

Je suis sûre que, comme moi, quand vous avez planché sur votre sujet de rédaction, de dissertation, vous avez tenu ce discours intérieur.

C'est ici que tout se joue.
Car, en choisissant la bonne définition du ou des mot-s maîte-s, vous parvenez à définir le problème vraisemblable, du moins le problème que l'auteur a voulu soulever et vous a invité à soulever.

Quand un sujet vous est présenté, c'est qu'il y a un problème à soulever. C'est que l'auteur veut vous amener à réfléchir sur quelque chose d'important, d'intéressant. Sur quelque chose qui sort de l'ordinaire. Qui est original. Mais, pas dans l'excès de l'originalité bien sûr. 


C'est ici que l'on comprend l'importance de la maîtrise 
      - de la polysémie 
      - et d'une bonne culture générale.


Cela demande d'imaginer dans quel contexte le créateur du sujet a-t-il voulu mettre son sujet ?
Est-ce un contexte actuel ou passé ?
Est-ce dans un certain contexte social ou dans un autre ?
Est-ce dans un contexte économique particulier ?
Est-ce dans un contexte historique particulier ?
Est-ce dans un contexte sociologique particulier ?
Est-ce dans un contexte moral particulier ?
La liste de questions n'est pas exhaustive bien sur.


Admettons le sujet suivant 



"Le coin du feu, la table ronde, la toilette de l'enfant, voilà la poésie de la famille".
Expliquez cette pensée, montrez comment, en effet, les détails les plus simples de la vie de famille empruntent leur charme aux sentiments qui animent cette vie."


 Que connaît-on du mot poésie ?

On sait que la poésie est un art de langage visant par le rythme (le vers) l'harmonie et l'image.

Cela nous fait penser aux poètes comme Baudelaire entre autre.

Ici, il n'y a pas de vers. On ne parle pas de cette forme de poésie là.

Ici, c'est un autre sens qui est donné au mot poésie.

Ici, le mot poésie est à associer avec le mot charme.

Le mot charme signifie que quelque chose rend la vie de famille séduisante, magique, attirante, plaisante.

On demande d'expliquer en quoi cette vie de famille est si attirante, au delà du simple fait que cela offre des moments de bonheur.
C'est beaucoup plus subtile que cela.
Ici, on fait appel aux sentiments que l'on éprouve quand on vit cette vie de famille.
Est-elle routinière et ennuyeuse ?
Ou bien le fait d'être prêt des siens, cela rend-il ce quotidien plus joyeux ?
Qu'est-ce qui pourrait faire qu'une vie de famille soit magique ? La réponse du bonheur étant une réponse trop bateau.

On demande ici de poser un regard original sur la vie de famille.



B°) - La deuxième difficulté est l'obscurité de tout le sujet.

Prenons l'exemple du sujet suivant :


" Une amie vous offre un miroir. Vous ferez part des réflexions que ce cadeau vous inspire."




 De quel miroir parle-t-on ici ?

Est-ce de l'objet constitué d'une surface polie qui sert à réfléchir la lumière, à refléter l'image des personnes et des choses ?
Ceci est la première définition du mot "miroir".

Ou est-ce ce qui offre à l'esprit l'image, la représentation des personnes et des choses du monde ?
Ce qui est la seconde définition du mot "miroir"

Parler d'un objet qui réfléchit la lumière, pourquoi pas ? Mais, il faudrait se placer, éventuellement sur le plan de la physique. Comment, par quel procédé le miroir reflète-t-il la lumière ?

Si c'est en littérature, on parle davantage de la seconde définition.

Ici, on parle de l'image, de la représentation des personnes ou des choses du monde, c'est-à-dire qu'on demande de poser un regard sans complaisance sur ce que l'on est et pas tel qu'on se croit être. 

Il invite également à se poser la question de la coquetterie. On parle de la manière dont on veut plaire aux autres, les comportements et les choix vestimentaires.


C°) - La troisième difficulté est l'obscurité du sujet du fait que la vérité qu'il contient est poussée à l'extrême, prend une forme de paradoxe.


Quelques mots de vocabulaires avant

"Vérité" : Ce peut être ce qui renforce une affirmation.
              Ce peut être l'expression sincère, sans réserve, de ce que l'on sait, 
                pense ou ce que l'on a vu.
              Ce peut être le caractère de ce qui est conforme au réel.
              Ce peut être que ce qui est dit est conforme à ce qui a été fait, à 
                 ce qui est connu, à ce qui est vu, à ce qui est exprimé.

"Extrême" : quand on pousse l'extrême, on dépasse le juste milieu. On va 
                 vers l'excès. On dépasse les limites

"Paradoxe" : C'est une opinion qui va à l'encontre de l'opinion communément 
                  admise. 
                  C'est ce qui heurte le bon sens.
                  Ce peut être quelque chose, une proposition qui peut être à la 
                    fois vrai et fausse.

Pour traiter de ce genre de sujet, il faut faire la part des choses entre la vérité et l'exagération. Quand on exagère quelque chose, on lui donne plus d'importance qu'elle n'en mérite en réalité. On accentue le caractère de la chose, c'est-à-dire qu'on augmente l'intensité, la proportion, la taille, ect... On amplifie la chose.

Dans ce genre de sujet, l'effet de surprise est accentué.
Ou ce genre de sujet peut laisser place aux doutes, doutant de la véracité de ce qui est dit.

Il faut aussi repérer ce qui est paradoxale, c'est-à-dire ce qui est dans l'excès.

 

La dissertation 1

Bonjour


La dissertation est une démonstration.


Une démonstration est une manière de montrer de façon évidente et convaincante quelque chose.
C'est une manière de fournir la preuve de quelque chose.


Une dissertation défend un point de vue


Un point de vue est l'expression d'une opinion personnelle, individuelle ou collective sur un sujet donné.


Cette démonstration est soutenue par une argumentation. Un argumentation contient un ensemble d'arguments.

Un argument est un élément qui sert à affirmer ou nier quelque chose.
C'est une idée qui a pour but de convaincre.


Une dissertation repose sur un un plan structuré autour des trois éléments

- introduction
- plusieurs parties divisées en paragraphes,
- une conclusion.

Chaque partie du développement d'une dissertation contient un argument accompagné d'un exemple pour rendre le texte plus vivant.





Rédaction, dissertation 7 - Apprendre à construire un paragraphe

I°) - Pourquoi apprendre à construire un paragraphe


Nos enfants devront apprendre à faire des rédactions, puis des commentaires, des dissertations, des exposés, etc......
Ce qui est souvent reproché, c'est de ne pas être en mesure d'organiser une argumentation, un texte.
S'est-on posé la question des raisons de ces échecs ?
La plupart du temps, on accuse l'élève. Et, on oublie de lui donner une méthode.
Alors, pour aider Paul, j'ai décidé de l'aider à apprendre à construire un paragraphe parce que cela me semble fondamental pour réussir une rédaction.


II°) - Qu'est-ce qu'un paragraphe

L'objectif du paragraphe est de percevoir rapidement l'organisation, la construction, la signification d'un texte, d'un rédaction.
Un paragraphe commence à un alinéa, c'est-à-dire un retrait de deux carreaux par rapport à la marge.
Quand le paragraphe est terminé, on va à la ligne. Souvent, on saute une ligne.
La taille du paragraphe dépend du sujet qui est à traité.


III°) - Que contient un paragraphe ?


Un paragraphe contient :

               - une phrase d'introduction appelée aussi idée directrice.
                 Cette idée directrice est très importante. Et chaque fois
                 que l'on change d'idée directrice, on change de paragraphe.

              - un (s). Cet argument développe l'idée directrice.

             - un exemple. Cet exemple illustre l' argument.

            - une phrase de conclusion. Elle termine le paragraphe. Elle montre que
               l'argumentation est terminée. Elle résume le développement de l'idée
               directrice et annonce celle du paragraphe.

            - des mots de liaison qui relient entre eux les différents éléments d'un paragraphe
              ou soulignent les liens entre les paragraphes. Ils marquent
                          - l'addition,
                          - l'opposition,
                          - la cause,
                          - la conséquence,
                          - l'introduction d'une explication ou d'une citation

Voilà comment se construit un paragraphe.

Bonne construction.

mardi 6 octobre 2015

La place du verbe en espagnol



Comme en Français, le verbe en Espagnol peut être après le sujet


Ex. Sam le pegó una bofetada
       Sam lui flanque une gifle.


Mais, la plupart du temps, les Espagnols mettent le verbe avant le sujet


Ex. Se estremeció Sam
       Sam sursauta


Ex. Sonó la campana
       La cloche sonna.

mercredi 30 septembre 2015

lundi 21 septembre 2015

Sujet du brevet des collège et lecture

De l'épreuve de français du brevet des collège, pour apprendre à rédiger, nous avons choisi celui- de 2015

2. Sujet 2
 Pourquoi peut-on avoir besoin de moments de solitude ? Vous présenterez votre réflexion dans un développement argumenté et organisé. 

Et, Paul a lu ceci




Ce livré évoque la solitude dans le monde du travail, dans les relations sociales et dans le couple entre autre

jeudi 17 septembre 2015

Le système digestif 1 - Généralités


Le système digestif reçoit la nourriture. Il la dégrade en molécules de nutriments. Les nutriments sont des substances alimentaires pouvant être directement et entièrement assimilées. Il assure la circulation de ces substances dans la circulation sanguine. Il élimine les déchets non digestibles ou non absorbables.


Le tube digestif ou canal alimentaire est un tube musculeux qui traverse tout le corps.


La digestion se fait selon un processus bien défini.


Le système digestif comprend deux groupes d'organes


         - les organes du tube digestif

                   - la bouche,
                   - le pharynx,
                   - l'oeusophage,
                   - l'estomac,
                   - l'intestin grêle,
                   - le gros intestin,
                   - l'anus


         - les organes annexes

                   - les dents,
                   - la langue,
                   - les glandes salivaires,
                   - la vésicule biliaire,
                   - le foie,
                   - le pancréas.


Nous aborderons les différents organes et leur fonctionnement.

lundi 14 septembre 2015

Choix des manuels en espagnol

Bonjour

Comme d'habitude, je n'ai pas trouvé la méthode qui me simplifierait la vie.

J'ai donc décidé de construire moi-même mes cours.

J'utilise les manuels suivants

Voilà le manuel que nous utilisons






 Et pour la grammaire j'utilise celui-ci 

C'est une vieille grammaire. Mais, elle est très complète et
apporte beaucoup d'informations intéressantes
Elle aussi date. Mais, elle complète la première

lundi 7 septembre 2015

Les présentations en espagnol - Las presentaciones en español


N.B : le "i" et le "o" en espagnol se prononce comme en français.
Le "ll" se prononce "lieu" comme dans lion.


El apellido (él apéllido)              :       le nom de famille
El nombre de pila  
(el noumbré dé pila)                  :        le(s) prénom(s)


Preguntar el appellido               :        demander le nom de famille
Preguntar el nombre de pila       :        demander le prénom


¿ Cual es su nombre ?              :        Quel est votre ou son nom ?
¿ Cual es tu nombre ?               :        Quel est ton nom ?

¿Cómo te llamas?                     :        Comment t'appelles-tu ?
¿Cómo se llamas ?                   :        Comment s'appelle-t-il ? 
¿ Cómo se llama ?                    :        Comment vous appelez-vous ?

Me llamo...                                :        Je m'appelle...
Te llama                                    :        tu t'appelles, vous vous appelez
Se llama                                   :        il s'appelle
Soy...                                        :        je suis......
Eres                                          :        tu es.........







mardi 1 septembre 2015

6ème année d'IEF

Bonjour

C'est la rentrée pour nous aussi.

L'année dernière a été une année très difficile sur tous les plans.
Je n'ai malheureusement pas pu nourrir ce blog autant que je le souhaitais.
Je ferai de mon mieux cette année.

Cette année, nous reprenons l'IEF. Sans pour autant se demander jusqu'où l'aventure nous mènera. Nous vivons chaque jour l'instant présent sans se poser plus de questions pour l'avenir pour l'instant. Cela nous est très difficile de nous projeter après les dures épreuves que nous venons et que nous n'avons pas fini de traverser.

Malgré tout, nous souhaitons à tout un chacun une rentrée réussie, pleine de joie, d'enthousiasme, de bonheur. Succès dans tout ce que chacun entreprendra.

Je vous envoie plein de gros bisous et de soutien.

A très bientôt

Los Saludos (se prononce "los saloudos") - Les salutations

Quelques consignes de prononciation

En espagnol,

            - le "u" se prononce "ou".
            - le "ch" se prononce "tche".
            - le "e" se prononce "é" comme dans "né"


Il existe différentes manières de dire bonjour

            - Buenos (bouénoss) días 
            - Buenos (bouénos) tardes (tardèss)
            - Buenos
            - Hola


Pour dire "bonne nuit"                                 :           buenos noche (bouénoss notché)


Pour dire "au revoir"                                    :           hasta luego (hasta louégo)


Pour dire "adieu"                                         :           adíos


Pour dire "à tout de suite"                           :           hasta ahora


Pour dire "à bientôt"                                    :           hasta pronto


Pour dire "à la prochaine"                          :           hasta la vista


Pour dire "à demain"                      :           hasta mañana (hasta magnana)


¿Qué tal ?     ou   ¿Cómo estás ?               :          Ca va ? ou Comment ca va ?